Zefzafi filmé en prison: choc, enquête, interrogations

0
1603

A chaque fois qu’il y a un apaisement, une nouvelle étincelle vient mettre le feu aux poudres. La vidéo de Zefzafi est-elle une action délibérée, une fuite réelle, ou une maladresse? Y a-t-il guerre entre différents services?

 

 Le Procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca, Hassan Matar, a réagi lundi 10 juillet à la diffusion sur le web d’une vidéo présentée comme ayant filmé Nasser Zefzafi à l’intérieur de la prison locale de Ain Sebaâ 1 (Oukacha), où l’intéressé est actuellement détenu.

Dans un communiqué publié en début de soirée, le parquet général annonce avoir « ordonné l’ouverture d’une enquête minutieuse pout élucider les conditions et les circonstances de cet enregistrement et les finalités derrière sa diffusion ».  » Les mesures juridiques requises seront prises à la lumière des résultats de l’enquête », conclut le communiqué.

Quelques minutes seulement après cette réaction de Hassan Matar, l’administration de la prison concernée a elle aussi publié un communiqué où elle fait savoir que « la vidéo n’a pas été filmée à l’intérieur de cet établissement pénitentiaire ».

Les auteurs de la note en veulent pour preuve que « depuis sa mise en détention à la prison concernée, Nasser Zefzafi n’a jamais porté la tenue avec laquelle il apparait dans la vidéo. » De même, les caractéristiques matérielles du lieu où celle-ci a été filmée ne figurent, selon l’administration, « dans aucune des salles de la prison locale de Ain Sebaâ 1 ».

Cette vidéo montre Nasser Zefzafi examiné sous plusieurs angles par une caméra et montrant ses jambes, ses bras et son torse nus, de face et de dos, comme pour montrer l’absence de traces de violences. Elle a été considérée comme humiliante par sa défense, par des ONG et par de nombreux commentateurs sur les réseaux où l’indignation est générale. A noter que Zefzafi portait un short en dessous de sa gandoura.

La vidéo dure un peu plus de deux minutes. On entend des voix masculines en bruit de fond. Zefzafi est calme et fait manifestement ce qu’on lui demande de faire. La séance pourrait être le début d’un examen effectué par un légiste ou par une partie chargée d’enquêter sur les allégations de torture. Selon les images et la posture, il s’agit clairement d’un lieu de détenion: prison, commissariat, BNPJ?? Impossible de le savoir à ce stade.

Concernant les éventuelles traces de violence, elles ne sont pas visibles, autant que l’on puisse en juger à travers un document vidéo. Sauf ce qui ressemble à une ecchymose, dans le bas du dos.

Selon nos sources, la diffusion de la vidéo a suscité un choc au sein du gouvernement. Dans l’affaire des événements d’Al Hoceima, d’autres fuites restent non élucidées: les images d’une arrivée des détenus à l’aéroport de Casablanca (jamais authentifiées), les extraits du rapport des médecins légistes requis par le CNDH, la lettre de Zefzafi écrite en prison et maintenant cette vidéo.

LA vidéo a été diffusée par le site barlamane.com qui l’a retirée en début de soirée.

Les questions auxquelles l’enquête doit répondre sont les suivantes: qui a filmé? quand? pourquoi? qui a fait fuiter?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*