Un imam américain célèbre les mariages d’homosexuels musulmans à Washington

0
860

image.adapt_.full_.low_

Il a été condamné par d’autres leaders musulmans et quelques imams locaux ont même refusé de le saluer. Mais l’Imam Daayiee Abdullah est fier de son histoire.

Il a grandi à Detroit, où ses parents étaient des Baptistes du Sud. À 33 ans, en étudiant en Chine, Abdullah s’est converti à l’Islam et a continué à étudier la religion en Égypte, Jordanie et en Syrie. Toutefois en tant qu’homosexuel en Amérique, il s’est aperçu que la communauté gay, lesbienne et transgenre avait des besoins spirituels non satisfaits et il est devenu imam pour assister cette communauté.
« Parfois la nécessité fait loi. Et à cause de cette nécessité dans notre communauté, j’ai voulu intégrer ce rôle particulier, » déclare t-il.

Son premier acte comme  Imam ? Des rites d’obsèques émouvants pour un musulman homosexuel qui est mort de SIDA.

« Il était entré en contact avec un certain nombre d’imams et  personne n’a consenti a lui fournir ses services janazah, » a-t-il dit, se référant à l’organisme musulman de rituel pour le nettoyage. Cela lui a fait de la peine.
« Je crois que chaque personne, peu importe si je suis pas d’accord avec elle ou pas, a le droit en tant que musulman de recevoir les rituels prévus. Et quiconque vous juge a tort, la décision revient à Allah, pas moi. »

Pendant son service, femmes et hommes se mettent à genoux côte à côte et on permet aux femmes de mener des prières – les actions qui ont suscité la controverse  parmi des musulmans américains.

« Nous ne discriminons pas les gens pour leur genre ou leur orientation sexuelle, ou encore pour le fait qu’ils soient musulmans ou non-musulmans, » a t-il dit .

Soixante-trois pour cent des 2.75 millions de Musulmans vivant aux États-Unis sont des immigrants de la première génération, selon le Centre de recherche de Banc, beaucoup d’entre eux venant de pays où des relations de même sexe sont sanctionnées par la loi et dans des pays comme l’Arabie Saoudite et le Soudan, même par la mort.

« Étant un imam ouvertement homosexuel et étant identifié comme tel, j’obtiens vraiment beaucoup de retour d’informations et aussi le pourcentages (pot-de-vin), mais c’est bien, » a-t-il dit. « Je pense que quand les gens sont peu familiers avec des choses, ils ont tendance à avoir une réaction impulsive émotionnelle. »

Mais Abdullah est ferme dans sa croyance qu’il n’y a jamais eu « un monolithique, à isoler » la formulation d’Islam. « Ce n’est pas quelque chose de nouveau. C’est comme la réforme et la reprise dans l’Islam, de tous les 100, 150 ans il y a eu ces discussions et il y a eu les gens qui se sont opposés au statu quo sur ces publications, » a-t-il dit. « Donc ce n’est pas quelque chose que j’invente juste comme un érudit islamique moderne, mais quelque chose qui a déjà existé depuis la nuit des temps. »

Quelques imams locaux ont refusé de le saluer et beaucoup d’autres à travers le pays polémiquent sur la légitimité du mariage homosexuel  qu’il célèbre et sur le fait qu’il devrait contrôler ses « fortes envies ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*