A Nador, ramadan rime avec chicha,prostitution et drogue

0
2380

En attendant la haute saison des mariages, les chanteurs Nadoris profitent du mois sacré pour bien se remplir les poches. De quoi penser à une reconversion.

Le Maroc, un pays schizophrène? C’est aujourd’hui le cas de le dire.Si certains font de ce mois sacré une période de piété et de spiritualité, d’autres préfèrent la transe des rythmes chaâbi et des soirées nocturnes agrémentées de chicha, prostituées et drogue, après la sortie du tarawih. C’est le cas de Nador et dans plusieurs villes du royaumes. Au moment où les mosquées se remplissent de centaine de milliers de fidèles, les pubs et cabarets , eux, se font beaux, et légèrement halal, pour accueillir les personnes qui portent des djellabas à leurs sortie des mosquées où drogues et chichas remplacent les flots d’alcool qui coulent le reste de l’année.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*