Tension entre les deux hommes forts de la police de Kénitra

0
1020

36675419ac1abc9acac0bd3339fdd9d0371426c9011e57f4d574b75ad71509fdd820c001Rien ne va plus entre les deux hommes forts de la police de Kénitra. Le chef du commandement régional accuse le wali de préfecture de police de harcèlement sexuel à l’encontre de son épouse.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a suspendu, vendredi, le chef du commandement régional de la police de Kénitra, révèle Al Ahdath Al Maghribiya dans son édition du week-end. Cette décision disciplinaire a été prise suite au verdict d’une commission d’investigation de la DGSN qui s’est déplacée dans la ville pour enquêter sur les rapports tendus entre ledit responsable et le wali de préfecture de police de Kénitra. Toujours selon le journal, cette commission a auditionné les deux hommes dans un climat électrique où ils ont échangé des propos désobligeants et insultants.

Les relations entre les deux responsables se sont envenimées à tel point que le chef du commandement régional a accusé son patron de harcèlement sexuel à l’encontre de son épouse, fait savoir Al Ahdath Al Maghribiya. Le chef du commandement a adressé une plainte dans ce sens à la Direction générale de la sûreté nationale et à Zineb El Adaoui, wali de la région du Gharb. Outre les différends professionnels qui les opposent sur la gestion sécuritaire de la ville, se sont greffés des problèmes à caractère personnel. Les deux responsables sécuritaires entretenaient des relations très amicales surtout lors de la période où le chef du commandement régional dirigeait le commissariat de police de Sidi Slimane, selon des informations recueillies auprès de sources proches de ce dossier.

La tension entre les deux responsables s’est aggravée dès que ce dernier avait rejoint le commandement régional de la police à Kénitra. Selon ces sources, le courant ne passait plus entre les deux hommes depuis cette affectation, laissant éclater d’autres litiges. L’affaire de de Kénitra doit être résolue d’une main forte afin que ces problèmes ne soient plus exposés sur la « scène publique ». La DGSN doit trancher de manière stricte, en conformité avec le règlement en vigueur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*