Le chef du groupe Beni Shiker ment… tous les détails de l’interrogatoire du parlementaire Mohamed Aberkene, et la date de comparution au parquet pour crimes d’argent

0
410


Le représentant parlementaire de Nador, Mohamed Aberkene, devait se rendre, comme on le sait, en Arabie Saoudite pour accomplir la Omra, accompagné d’un des cadres de la zawiya et de son frère, et d’autres personnes, afin d’échapper aux calamités qui lui sont arrivées, après avoir commis des massacres contre les biens du pays et du peuple, dans la commune d’Iaazzanene, qu’il dirige actuellement. Cependant, la police des frontières à l’aéroport l’a empêché de partir, pour être présenté à la Gendarmerie, qui l’a conduit a la Brigade de police judiciaire nationale de la région de Fès, venue spécialement à Nador, jeudi dernier, pour l’interroger, ainsi que son fils Jawad Aberkene, Idris Amghar, et le directeur des intérêts du groupe, Mohamed Hajji, dans une confrontation directe avec l’une des victimes.

L’extorsion de grosses sommes d’argent, qui lui a été infligée par Aberkene en échange de la remise de preuves administratives, et l’affrontement entre la victime et le bourreau (Aberkene) se sont poursuivis en présence de la gendarmerie judiciaire, pendant près de sept heures, comme des témoins l’ont confirmé auparavant.

La police judiciaire après avoir enregistré la validité des déclarations de la victime, avant que la brigade compétente ne se déplace hier vendredi à Iaazzanene ou il a commis ces crimes, , et entendre 15 personnes, qui ont subie aussi des violations, de la part du député Mohamed Aberkene.

Les 15 personnes, qui ont obtenu des permis de construire sans base légale, et qui ont accusé Mohamed Aberkene et certains de ses adjoints, ainsi que le directeur des intérêts Mohamed Ajji, d’avoir reçu des pots-de-vin de leur part, en échange de l’obtention de l’autorisation de construire.

Et la Brigade Nationale de Gendarmerie Judiciaire a obtenu des preuves concluantes, des preuves et des témoignages en direct, confirmant que l’accusé a reçu une importante somme d’argent, en échange de rouler sur la loi.

Le député parlementaire Mohamed Aberkene , ses adjoints et le directeur des intérêts seront déférés devant le procureur de la République près la cour d’appel des crimes d’argent de Fès le 11 avril.

Mais la chose la plus étrange et suspecte dans l’affaire est le départ du chef du groupe Beni Shiker, Mohamed Awrag un fidèle d’Aberkene, peu avant dans la journée de samedi, qui l’a amené au présidence  du groupe , (avec une fausse déclaration) sur sa page, dans laquelle il nie en tout et en détail la nouvelle de l’interrogatoire de son tuteur, Aberkene., prétendant, bêtement et sans décence, que ce que la presse publié n’est qu’un mensonge (selon ses dires).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*