Le vieux et malade Juif Shalom Abdelhak qui n’intéresse personne

0
2111

0207-al-shabab-tweet

 

https://www.youtube.com/watch?v=8BDVm9oZPVA

Chalom Abdelhak, physiquement affaibli, et son épouse Messody Wizman, deux Marocains de confession juive, ont été expulsés de leur logement qu’ils occupaient depuis 46 ans. Depuis plusieurs jours, ils sont logés chez leur voisine Messody Cohen. Chassés le 25 décembre 2014, leurs affaires sont toujours dans l’appartement dont ils n’ont plus accès.

Rappelez-vous ! C’était il y a seulement quelques mois. Un homme avait agressé dans une rue de Casablanca le rabbin Moshe Ohayon. Immédiatement des sites israéliens ont en fait leurs choux gras en évoquant « l’antisémitisme » des Marocains qui ne cesserait de grandir et expliquant au passage que les Juifs marocains étaient « effrayés » à l’idée de continuer à vivre au Maroc.

Au Maroc, dans la presse francophone surtout, ce fut alors le branle bas de combat. Le rabbin fut sollicité et interviewé et sa maison inondée de visites et de fleurs. L’honneur des Marocains (musulmans) était sauf.

Quelques jours plus tard, on apprit que l’agresseur du rabbin, appréhendé par la police en deux temps trois minutes (alors que les plaintes pour agression de journalistes et de dissidents marocains végètent dans les commissariats) était arrêté. Depuis on sait, d’après son avocat, que l’agresseur est un pauvre type, un malade mental de surcroît.

Mais bon. Comme la communauté juive marocaine est une minorité fragile, et qu’elle est incomprise à cause de sa naturelle fidélité envers l’Etat hébreu, il faut bien l’entourer d’une grande sollicitude pour qu’elle ne se sente pas étrangère à la nation marocaine dont elle est issue.

Mais voilà, depuis quelques mois après cette agression, un vieux Juif marocain du nom de Shalom Abdelhak, domicilié dans un appartement de Casablanca depuis 46 ans, était harcelé par la mafia de l’immobilier qui fait la loi à Casablanca avec la complicité de certaines autorités marocaines.

L’homme, un vieillard malade, a été depuis mis à la porte de chez lui sans aucune pitié, et apparemment illégalement, par cette même mafia. Et cette fois-ci, ni les hautes autorités marocaines, sollicitées par Abdelhak, ni ces journaleux francophones,  conseiller royal André Azoulay et du secrétaire général des communautés israélites du Maroc Serge Berdugo, n’ont bronché.

Venir en aide à un pauvre vieux démuni n’a pas la même saveur que parler d’un rabbin agressé par un fou.

Nous savons tous que les Juifs de cour, comme les appelait Abraham Serfaty, Azoulay et Berdugo ont, quand ils le veulent, l’oreille du roi. Surtout quand il s’agit de demander faveurs et services. Mais quand il s’agit de défendre un coreligionnaire malade et démuni face à la mafia de l’immobilier de Casablanca, ils sont aux abonnés absents.

Et après certains s’étonnent que la communauté juive marocaine rétrécisse chaque année.

N’oublions pas que feu Mohamed V a envoyé paitre Hitler, quand il lui demanda de lui envoyer les juifs marocains.Aussi c’est notre devoir de protéger les juifs marocains, comme feu Mohamed V l’a fait.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*