La Présidence du Parquet de Rabat ordonne au Procureur de la République de Nador de donner suite au procès dans l’affaire du vol des terres des expatriés par Aberkan, chef de la commune d’Iaazzanene

0
502


La Présidence du Parquet de Rabat s’est saisie du dossier des deux immigrés marocains qui se plaignaient du député Mohamed Aberkane et de son épouse, Al-Hajja Hayette Al-Hanafi après avoir pris possession de leur terrain et l’avoir volé avec de faux moulkias.

Les deux personnes concernées avaient déclaré devant le Procureur du Roi près la Cour d’appel de Nador, Bellahsen El-Fatni et Bellahsen Abdallah, qu’Aberkane avait falsifié des documents et fait de fausses déclarations devant les Adoul, afin de voler leur terre, qui avait une superficie de 15 hectares, d’après ce qui ressort de l’acté de propriété, qui daté des années 1970. Au siècle dernier, Mohamed Aberkane lui a volé 10 hectares, et les a enregistrés au nom de sa femme, qu’il a impliquée avec lui sans qu’elle soit au courant.

Une équipe de la gendarmerie judiciaire de Nador a entendu jeudi 20 octobre le parlementaire controversé, Mohamed Aberkane, ainsi que les deux magistrats qui tour à tour ont mis en cause Aberkane, dans une affaire de faux, à savoir, Noureddine Al-Khattabi et Al-Hussein Al Hawari, tous deux de la Commission d’Adoul de Nador. L’équipe de recherche a également écouté Les faux témoins qui ont été utilisés par Aberkane, où la plupart d’entre eux sont revenus sur leurs témoignages, soulignant qu’ils avaient été déformés, et ils ont confirmé que leurs de leurs témoignages concernaient sa maison, et pas le terrain des héritiers Bellahsen.

L’épouse d’Aberkane a également été entendue au portail de la préfecture de la gendarmerie judiciaire, après qu’elle soit venue dans une voiture conduite par le soi-disant Hajji, directeur des intérêts dans la commune d’Iaazzanene, et s’est arrêtée sur la place en face du commandement de la gendarmerie à Nador, elle est restée à l’intérieur de la voiture, où deux gendarmes sont descendus vers elle, et ils l’ont écoutée parler du terrain volé qui était enregistré à son nom, sans qu’elle ait connaissance du contenu de l’escroquerie mise en place par son mari, avant qu’elle ne soit informé par les agents de la gendarmerie judiciaire, après avoir enregistré le terrain appartenant à la famille Bellahsen, à son nom.

Il a fallu très peu de temps pour l’écouter, ne dépassant pas quelques minutes, de sorte qu’Al-Hajja Hayette Al-Hanafi, soit raccompagné par Hajji, directeur des intérêts d’Iaazzanene à son domicile .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*