Un parlementaire a été condamné à la prison après avoir volé 35 hectares de terres d’autrui et l’avoir expulsé vers sa mère

0
233


Hier soir, le tribunal de première instance de Fès a pris un ancien parlementaire du progrès et du socialisme dans le but d’extorquer des biens immobiliers à la possession d’autrui, et l’a condamné à un an de prison et à une amende pour cela, avec sa prestation d’un million centimes pour deux victimes, dont une femme, qui s’étaient constituées partie civile pour l’affronter.

Le tribunal n’a pas retenu ce parlementaire connu pour avoir expulsé sa mère d’une villa de Tanger par la force, avec un historique d’exécution, sur d’autres chefs d’accusation dont il était accusé, notamment d’escroquerie, pour la prescription, après que le tribunal eut précédemment condamné dans un autre dossier à un an de prison pour vol d’électricité et escroquerie et escroquerie.

C’est la peine réexaminée par la chambre d’appel des délits de la chambre d’appel de Fès, et réduite à 4 mois de prison, avant son arrestation à nouveau dans ce dernier dossier, à la suite d’une plainte déposée par ses héritiers qui l’accusaient de s’être emparé de 15 hectares de leur terres héritées dans la montagne Zalagh, adjacente à la ville de Fès.

Ce parlementaire, qui est toujours détenu à la prison de Burkayz, avait appartenu au progrès et au socialisme avant de rejoindre l’APM, et à son tour, il est parti et appartient à l’Union constitutionnelle, qui l’a expulsé après avoir été suivi dans le premier dossier d’accusations de fraude et d’escroquerie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*