Nabila Mounib: l’Etat est responsable des événements du Rif

0
484

La secrétaire générale du parti socialiste unifié (PSU), Nabila Mounib s’est déclarée consternée par la violence qui s’est abattue sur la population d’Al Hoceima le jour de la fête.

Pour elle, il est inadmissible que l’Etat puisse continuer à répondre aux revendications des Rifains et des habitants des autres régions par la répression, comme si le pays était en train de revivre les sombres périodes des années de plomb, déclare-t-elle.

La figure emblématique de la nouvelle gauche marocaine endosse toute la responsabilité à l’Etat qui a « laissé pourrir la situation et n’a pas été à l’écoute des doléances des populations qui se résumaient à des revendications sociales très simples, notamment pour le renforcement des infrastructures hospitalières d’oncologie, puisque la région connaît un fort taux de pathologies cancéreuses ».

Et d’ajouter que ce qui se passe à Al Hoceima et ailleurs démontre l’échec patent de la politique de l’Etat qui n’a pas pu élaborer des stratégies intégrées et cohérentes de développement qui auraient pu s’appuyer sur l’apport des forces politiques démocratiques et des associations de la société civile. « Mais l’Etat a systématiquement affaibli les forces vives tout en créant des entités qui n’ont pour objectif que de continuer à profiter des ressources du pays. Tant que nous n’organisons pas des élections libres et transparentes, et tant que nous hésitons à instaurer la démocratie, le Maroc continuera à patauger dans les marécages du sous-développement », précise-t-elle.

Par conséquent, pour elle, il est temps, pour le Maroc, d’amorcer un processus de réformes politiques et constitutionnelles à même de sortir le pays de la confusion dans laquelle il se débat.

Nabila Mounib ne revendique pas uniquement un remaniement gouvernemental et un replâtrage de la façade. Elle est pour la dissolution de l’actuel parlement et l’organisation de nouvelles élections législatives afin de former une équipe gouvernementale forte à même de relever les défis. Mais, avant toute chose, il est impératif, dit-elle, de libérer tous les détenus du Hirak du Rif et ouvrir une nouvelle page pour la réconciliation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*