La police marocaine a brutalement réprimé une manifestation pacifique à Al Hoceima

0
1159

Des centaines de personnes avaient repris les protestations de la mort violente d’un poissonnier pendant des mois et fait plus de développement pour la région du Rif. Il y a eu des dizaines de militants détenus et plusieurs blessés.

Le rassemblement des RIFAINS à AL HOCEIMA le 4 janvier 2017 a connu une répression d’une sauvagerie inouïe. Un rassemblement pacifique, sans aucune intention de semer le désordre, exprimait son soutien à la famille de Mohcine FIKRI, broyé par la police marocaine, dans une benne à ordure et réclamait que justice soit rendue. Les forces de l’ordre marocaines sont intervenus, au mépris du droit de manifester reconnu par les Nations Unies et toutes les démocraties du monde.

Le pouvoir marocain est tout sauf un pays démocratique. Dès lors, ses agissements sont réputés porter atteinte aux droits et libertés fondamentales des RIFAINS à manifester et à exprimer leurs opinions.

| LE RIF, CETTE REGION MARTYR

Le RIF a enduré la colonisation espagnole avec ses exactions et ses expropriations, jamais le pouvoir marocain n’avait dénoncé ces faits, il était même le complice pour ne pas dire l’instigateur. Il est annexé de force au Maroc. Le peuple rifain s’est soulevé et a vécu un premier massacre en 1958/59 par les soldats du pouvoir marocain, puis vinrent la répression de 1984 et celle de 2011 enfin le 2016/2017 ;

De 1958 à nos jours, le RIF est placé sous le statut particulier de zone militaire : ce statut permet aux pouvoirs publics marocains de sévir sans scrupule : toutes les administrations pratiquent la corruption, c’est le cas de l’urbanisme, des impôts, des communes …  Pire, tous les agents du ministère de l’intérieur et la gendarmerie pratiquent le racket auprès des conducteurs, des commerçants… Les forces de l’ordre marocaines répriment constamment toute manifestation ou sit-in pacifique. Elles tuent dans le silence toute volonté de liberté avec des assassinats ciblés.

Ces agissements ont atteint leur apogée avec l’homicide volontaire de Mohcine FIKRI. Cette exaction est perpétrée par le personnel du ministère de l’intérieur sur fond d’une haine sans commune mesure envers les RIFAINS. Ces circonstances que l’on qualifie de HOGRA (Mépris) sont nourries d’intimidations et de peurs.

Une vague humaine, surtout à travers le RIF, a exprimé par des actions pacifiques son rejet au pouvoir, sa défiance dans les institutions, et par voie de conséquence sa volonté de nettoyer le RIF des maux qui le rangent depuis l’accès à une indépendance illusoire.

Dans un premier temps, les RIFAINS ont assisté à une mise en scène macabre : d’un côté, aucun notable politique rifain n’a dénoncé ce meurtre, de l’autre, aucun média marocain n’a couvert ces événements. En outre, une grande partie de religieux, plutôt que d’être solidaires de la population, dénoncent les manifestations populaires dans le RIF, comme ailleurs, en invoquant la fitna (Sédition), le trouble ou le désordre. Ils ont instrumentalisé la religion pour asservir les peuples.

Comme si cela ne suffit pas, les partis politiques reviennent à la charge pour dénoncer, au nom des constantes nationales (Islam, Patrie, Monarchie), les revendications d’une population profondément meurtrie. C’est le cas des partis AL-Istiqlal lors de sa réunion de Targuist, du parti AL-Fadila lors de sa réunion à AL-Hoceima, du PAM et de tant d’autres qui agissent pour le pouvoir et contre le peuple.

Et voilà encore, puisque toutes ces manœuvres machiavéliques n’ont pas éteint la colère de la population, le makhzen qui agit avec ses milices constituées d’agents d’État, d’associations fictives, de prisonniers, de criminels, de délinquants et surtout de beaucoup de collabos, tous agissant comme des mercenaires pour réprimer la révolte populaire pacifique. Le revoilà chercher par tout les moyens (exploitation de mineurs, de prisonniers armés de couteaux et autres objets) à éteindre les revendications des citoyens.

Vu que tous ces moyens n’ont guère aidé le pouvoir autoritaire à réprimer la mobilisation de la population, il a sorti sa dernière carte la nuit du 4 à 5 janvier 2017, il a donné l’ordre d’intervention aux mercenaires pour réprimer un rassemblement pacifique occasionnant plusieurs victimes parmi les citoyens.

Que peut-on en déduire ? Les agents du pouvoir, les religieux, les médias, les partis politiques, les associations et les mercenaires, tous œuvrent par leurs agissements pour affliger à la population les sanctions les plus insupportables : l’emprisonnement, la répression, l’intimidation, la peur, le mépris, l’extorsion, l’expropriation, les menaces et l’atteinte à l’intégrité physique des citoyens rifains.

C’est contre toutes ces manipulations et tous ces agissements que nous dénonçons l’intervention des forces de l’ordre contre le rassemblement des RIFAINS à AL Hoceima :

Nous exprimons notre solidarité et notre soutien aux forces civiles, citoyennes et pacifiques dans le Rif contre les forces du mal, autoritaires et arbitraires ;

Nous apportons notre soutien et notre solidarité à toutes les forces qui mènent la lutte contre la mascarade politique, médiatique et religieuse ;

Nous rejetons toutes ces forces du mal qui cherchent à déstabiliser une région qui a combattu tant de fois l’injustice et la soumission.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*