Tanger-Sète : Des MRE racontent leur voyage « infernal » à bord d’un ferry GNV

0
1606

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) à bord d’un ferry du transporteur italien Grandi Navi Veloci (GNV) reliant Tanger à Sète ont vécu dimanche et lundi un voyage « inoubliable ». Ils sont restés plus de « 56 heures » passées à bord du bateau (au lieu des 48,5 heures prévues). Au menu, « absence de climatisation » et « conditions inhumaines », selon les passagers. Récit d’un voyage infernal.

Nouvel épisode dans les mésaventures des Marocains résidant à l’étranger (MRE) avec le transporteur italien Grandi Navi Veloci (GNV). Après l’annulation d’un ferry GNV à destination de Nador à la veille de l’Aïd en juillet dernier, celui en provenance de Tanger et à destination de Barcelone puis Sète a accusé lundi et mardi un sérieux retard.
Abdelilah Haddoud, un MRE à bord de la navette que nous avons joint par téléphone lundi soir nous confirme la situation. « Nous avons quitté Tanger samedi à 16 heures (au lieu de 14 heures) et sommes arrivés à Barcelone dimanche à 1 heure du matin. Le ferry a quitté le port à 7 heures. Or nous sommes lundi, 19 heures, et toujours dans les eaux territoriales espagnoles. Sète est encore loin… »
Concernant les raisons de ce énième retard, le personnel à bord est resté flou d’après notre interlocuteur. « Nous avons demandé pourquoi nous étions bloqués en pleine mer. Ils nous ont d’abord expliqué qu’il fallait remettre du gasoil, ensuite qu’il fallait changer l’eau potable. Nous savons que ces opérations prennent 4 heures maximum. »
Bloqués pendant « 56 heures » à bord du ferry
Un problème technique serait à l’origine du retard, selon la dernière information parvenue aux voyageurs. Un « mensonge », estiment-ils, pointant également du doigt une « humiliation », un « mauvais comportement de la part du personnel » et l’« absence de climatisation ».
« Les cuisines coupées, ni à manger ni à boire. [L’agent de] sécurité qui lève la main et violente une femme. On était pire que des chiens », indique pour sa part Sonia, une MRE d’Italie, elle aussi sur le ferry reliant la ville du Détroit à Sète.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*