Qandeel Baloch, la Kim Kardashian pakistanaise, tuée par son frère

0
1261

Qandeel Baloch, 26 ans,  starlette pakistanaise, a été étranglée par son frère. Un crime d’ « honneur » de plus dans un pays ultra conservateur.

Qandeel Baloch, une jeune starlette pakistanaise en vogue sur les réseaux sociaux, a été étranglée par son frère pour motifs d’ « honneur », rapporte l’AFP. Souvent comparée à la vedette américaine Kim Kardashian, la jeune femme a été tuée le 15 juillet par son frère au domicile de leurs parents dans la province du Pendjab où elle se trouvait en visite pour les fêtes de l’Aïd, a indiqué la police samedi à l’AFP.

Tenues et mises en scènes polémiques

Agée d’une vingtaine d’années, Qandeel Baloch ou Fauzia Azeem (BIEN Azeem) de son vrai nom, était suivie par des dizaines de milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux. Elle y apparaissait régulièrement – soigneusement coiffée et maquillée – dans des poses provocatrices, parfois jugées scandaleuses par ses compatriotes les plus conservateurs. Mais si ses contempteurs ne se privaient pas de la critiquer et de l’insulter en ligne, elle était aussi admirée par d’autres pour sa liberté de ton et son culot, inhabituels pour une femme dans une société très patriarcale.

Qandeel avait notamment défrayé la chronique à la Saint-Valentin en s’affichant dans une robe pourpre décolletée, défiant ouvertement un appel du président pakistanais à la jeunesse à tourner le dos à cette fête « occidentale ». « Les gens deviennent fous, surtout les filles. Je reçois plein d’appels où elles me disent que je les inspire et qu’elles veulent être comme moi », avait-elle déclaré à l’AFP à l’époque.

Plus récemment, elle avait posé avec un important dignitaire religieux, le tournant en ridicule en minaudant, coiffée de sa toque d’astrakan. Le moufti avait par la suite été suspendu d’un comité religieux.

« Bien sûr que je l’ai étranglée »

A Muzzafarabad, village proche de Multan où vivent les parents de la jeune femme, près d’une centaine de policiers étaient déployés ce 16 juillet. La police a ouvert une enquête suite à une plainte déposée par le père, dans laquelle il accuse son fils de l’avoir tuée « parce qu’il voulait qu’elle arrête le showbiz ». Le frère a finalement été arrêté ce 17 juillet, avant d’avouer son crime. « Bien sûr que je l’ai étranglée », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse organisée par la police. « Elle était au rez-de-chaussée et nos parents dormaient sur le toit. Je lui ai donné un comprimé, puis je l’ai tuée », a-t-il dit, avant de lancer : « Je n’éprouve aucune gêne pour ce que j’ai fait. Elle avait un comportement complètement intolérable ».

Une disposition controversée du droit islamique en vigueur au Pakistan prévoit que les hommes tuant des femmes de leur famille peuvent échapper à toute condamnation si les proches leur « pardonnent » en échange du versement d’une somme compensatoire. Le Premier Ministre Nawaz Sharif s’est engagé en février à éradiquer les crimes d’honneur mais aucune autre législation n’a été mise en place depuis.

Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*