Dopage. Le fournisseur de Nador, petit commerçant, gros carnet d’adresses

0
1223

Des appels provenant des quatre coins du Maroc, de Suisse, de France, des Pays-Bas, de Belgique et même des Etats-Unis…Le téléphone de l’un des fournisseurs présumés,  interpellé dans le cadre de l’affaire de dopage, regorge de pistes. Jusqu’où mèneront-t-elles?

Réponse indécise. L’enquête est en cours. Le fournisseur, lui, est placé en détention préventive. Il est présenté comme la plaque tournante du réseau. A tort, jusqu’à preuve du contraire. Présomption d’innocence oblige.

I.E., trentenaire, installé à Nador. Avec sa femme et ses deux enfants, il vit chez sa mère. Pour gagner sa vie, il vend des compléments alimentaires pour bodybuilding (protéines, caséines etc.). Les amateurs de « gonflette » le sollicitent via téléphone ou dans son magasin domicilié au souk Awlad Mimoune.

I.E. opère dans l’informel, mais ce n’est pas un parrain. Il ne roule pas en Ferrari, plutôt en vielle Ford qu’il utilise pour transporter sa marchandise. Une marchandise qu’il ramène de Mélilia, où il s’approvisionne régulièrement. Aujourd’hui, la justice a confisqué Ford et marchandise.

Comment un petit commerçant clandestin se trouve-t-il impliqué dans une grosse affaire de dopage?

Réponse: son carnet d’adresses, pour le moins fourni. Suisse, Etats-Unis, France, Hollande, Espagne… Dans son téléphone personnel, l’enquête listera des centaines d’appels provenant de ces pays.  Des appels que le suspect ne niera pas, mais ne justifiera pas non plus.

Au niveau national, une soixantaine de numéros ont été identifiés. Appartiennent-ils à des revendeurs? L’enquête n’écarte pas cette hypothèse. Si elle se confirme, on peut s’attendre à ce que les recherches s’étendent au quatre coins du Royaume. Tanger, Rabat, Oujda, Meknès, Casablanca, Kénitra, Berkane ou Al Hoceima, le suspect a pris soin d’enregistrer chaque contact (client, revendeur ou fournisseur éventuels) avec son prénom et la ville où il habite.

Comment les enquêteurs ont-ils pu remonter jusqu’à I.E.? Grâce à un client, ancien athlète de l’équipe nationale, désormais retraité, lui-même revendeur à Salé et impliqué dans cette affaire. Lors des interrogatoires, ce dernier avait révélé avoir passé commande auprès de I.E., qui lui a fourni des vitamines non disponibles au Maroc.

A l’heure actuelle, le fournisseur et le client sont tous les deux placés en détention préventive. Ils sont poursuivis, eux et cinq autres individus, pour pratique illégale de la pharmacie, détention et commerce de marchandises importées sans autorisation.

Une audience s’est déroulée le 30 mai 2016, au tribunal de première instance de Salé.

Source:medias24

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*