Marine Le Pen met son veto contre Fatima Allaoui, une Marocaine du FN

0
667

allaouiEx-secrétaire nationale de l’UMP, une Franco-Marocaine se présente à des élections départementales sous les couleurs du Front National, sans le soutien de Marine Le Pen.

Fatima Allaoui a ce qu’on pourrait appeler un parcours atypique. Psychologue de profession, elle est née au Maroc dans une famille berbère. Arrivée en France dès sa plus tendre enfance, elle étudie à Montpellier avant de se lancer dans la politique, sous les couleurs de l’UMP.

Lorsqu’elle était conseillère municipale de Béziers, Fatima Allaoui n’a jamais caché ses ambitions, quitte à « agacer dans sa propre famille politique où ses prétentions avaient tendance à exaspérer », indiquent nos partenaires du Figaro.

« Il y a une hypocrisie à droite dans le Sud. Pour représenter la diversité sur une liste, il n’y a pas de problème. En revanche, quand il s’agit de confier, sur le plan local, des responsabilités à une personne qui a mon profil, c’est à dire qui s’appelle Fatima et qui est un peu bronzée, ce n’est plus pareil. Je me suis rendu compte que le racisme n’était pas là où je le croyais », a déclaré Fatima Allaoui au Figaro.

Elle quitte l’UMP pour le FN

Membre du parti Souveraineté, Indépendance et Libertés (SIEL, parti proche du FN) depuis à peine quelques mois, Fatima Allaoui a été propulsée secrétaire nationale de l’UMP chargée de la formation professionnelle après la réélection de Nicolas Sarkozy à la tête du parti au mois de novembre. Sa double casquette lui a très rapidement été reprochée.

Fin décembre, lors d’une séance plénière du conseil général du Languedoc-Roussillon où elle siège, la jeune élue a carrément « quitté les bancs de l’UMP pour rejoindre ceux du FN », selon Le Figaro.

Contre toute attente, Fatima Allaoui a récemment décidé de se présenter aux élections départementales à Béziers sous sa propre étiquette. Le Front National, qui n’oublie pas qu’elle avait manifesté dans le passé contre lui, a préféré soutenir Jean-François Corbière et Marie-Emmanuelle Camous, les candidats proches de Robert Ménard, le maire de la ville.

Aucun élu FN n’en voulait

« Fatima Allaoui m’a demandé plusieurs fois de la soutenir et j’ai dit non. J’en ai aussi parlé à Marine Le Pen, c’était non sans appel », a déclaré Robert Ménard au Figaro. « Je me souviens qu’entre les deux tours des élections municipales, elle criait au loup (contre le FN), j’ai de la mémoire. Depuis, elle a cherché à savoir où elle pouvait exister mais aucun élu FN ou du Rassemblement bleu marine n’en voulait ».

Robert Ménard ajoute qu’il veut « bien croire que le casting de la jeune femme beurette pouvait être séduisant » mais se défend de faire de la « politique casting ». « Je crois qu’elle est conseillère régionale (…) Et bien elle se présentera aux régionales en décembre avec le FN si elle veut », a-t-il poursuivi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*