Daach veut recruter des bactériologistes marocains!

0
724

1459287_382425718556793_1759157025_n

Daach aurait fait des offres alléchantes à des biologistes et des chimistes marocains établis en Allemagne afin de fabriquer des armes bactériologiques. Les services marocains et allemands sont sur le grill!

Un virage très dangereux dans la stratégie de l’horreur, amorcé par l’organisation d’Abou Bakr Al Baghdadi, Daach. Dans sa tentative de renverser le rapport de force à son avantage, face à l’intensification des frappes aériennes sur la région syro-irakienne se trouvant sous son contrôle, la nébuleuse terroriste serait en train de recruter des chimistes et des biologistes marocains établis à Berlin, Francfort et Düsseldorf, dans la perspective de fabrication et d’utilisation d’armes bactériologiques. La nouvelle, ébruitée par les services allemands et relayée par Al Ahdate Al Maghribia, dans son édition de ce jeudi 20 novembre, a retenti comme une bombe de ce côté-ci. A en croire le quotidien, le renseignement militaire marocain serait déjà entré en ligne de cette affaire, en étroite collaboration avec son homologue allemand, afin de faire capoter cette tentative extrêmement dangereuse. D’autant plus que l’ultra-puissant Daach aurait fait des offres très alléchantes aux experts marocains d’Allemagne afin de s’attacher leur service et préparer ce que le monde n’aura, peut-être, jamais connu depuis la deuxième guerre mondiale: l’utilisation d’armes chimiques!

 

Daach veut utiliser le bacille de la peste!

Souvenez-vous: en août dernier, un document sur l’utilisation des armes biologiques et chimiques avait été trouvé sur l’ordinateur d’un étudiant tunisien ayant réussi à rallier «l’Etat islamique» en Syrie. «Le document contenait des explications sur la manière dont on pourrait récupérer le bacille de la peste d’animaux infectés et le propager», rappelle Al Ahdate Al Maghribia. Dans ce même document, révélé par les services américains, figuraient également des informations sur la façon dont ce bacille de la peste pourrait être utilisé dans de petites grenades, ou même dans des climatiseurs, pour faire le plus grand nombre de victimes! Autant de révélations tombées au lendemain de la polémique ayant éclaté, en juin dernier, suite à une prétendue utilisation d’armes bactériologiques par Daach contre l’armée de Bachar Al Assad, dans la ville de Khan Al Assal, dans le nord-ouest d’Alep.

 

Daach, au-delà de la «guerre sale»

«Des information ébruitées dernièrement indiquent que Daach, au-delà des experts en biologie et en chimie, avait approché de jeunes Maghrébins spécialisés en informatique, génie civil, raffinage de pétrole, chirurgie et médecine d’urgence», rappelle Al Ahdate Al Maghribia, en soulignant que ces jeunes avaient bel et bien rallié «l’Etat islamique» en Irak et en Syrie, via la Turquie.

De tout cela, il ressort que Daach mène une offensive tout azimut pour se doter des attributs nécessaires à l’édification de son soi-disant «Etat islamique». Mais voilà, il s’avère que le projet de cette nébuleuse dépasse de loin les frontières, vraies ou supposées, de sa zone d’influence.

 

Daach, pire qu’Al-Qaïda!

«Daach serait-il en train de cloner Al-Qaïda?», s’interroge Al Ahdate Al Maghribia, en soulignant que la nébuleuse d’Abou Bakr Al Baghdadi a besoin non seulement de «bras» mais aussi -et surtout- de cerveaux afin de combattre «l’ennemi impie» avec sa propre arme: la technologie. Sur ce point, «Al-Qaïda avait déjà fait ses preuves», estime le quotidien, en évoquant les sinistres attentats du 11 septembre 2001, perpétrés par des terroristes ayant acquis une formation pointue de pilotes de ligne. Mais vu la vitesse à laquelle évolue Daach, Al Qaïda risque de devenir un lointain souvenir. En quelques mois, la nébuleuse d’Al Baghdadi a réussi ce qu’Al-Qaïda n’a jamais réellement accompli en une décennie: l’horrible mariage de la barbarie anachronique et des technologies dernier cri. De quoi vraiment donner des soucis.

 

Île Gruinard en Écosse

104

Lorsque qu’en 1942 l’armée britannique expérimente la guerre bactériologique, ils utilisent des bombes à l’anthrax sur des moutons. L’île, en quarantaine, devra attendre le processus de décontamination en 1986 ; le gouvernement arrosera l’île de formol.

Les nouveaux mutons de 1990 semblent indiqués que tout va bien… mais bon.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*