Affrontement entre pêcheurs espagnols et marocains

0
725

Sans-titre-6

Dans cette vidéo amateur prise par des pêcheurs espagnols, on peut voir un navire marocain encerclé et approché de façon menaçante par des navires espagnols de plus gros tonnage.

A bord du navire marocain, un homme brandit un bâton (ou une barre métallique) avant de filmer l’altercation avec les Espagnols. Sur l’un des navires de ces derniers, on peut voir un homme brandir également un bâton (ou une barre métallique). Les Espagnols hurlent continuellement à l’adresse des Marocains. Le pêcheur marocain jette son bâton sur l’un des bateaux espagnols.

L’accord UE / Maroc n’avait déjà été ratifié en juillet dernier que 5 mois après le vote de l’accord. Le Maroc a traîné des pieds au moment de délivrer les licences de pêche à la fin de l’été. C’est depuis le 12 septembre et la livraison (de principe) des licences de pêche aux navires européens que la presse espagnole fait état de provocations incessantes des pêcheurs marocains, mentionnant même des attaques par jet de pierre et cocktails Molotov. Des accusations niées par les professionnels du secteur au Maroc, qui renvoie l’initiative de ces provocations aux pêcheurs espagnols. Des accusations parole contre parole qu’aucun document n’a jusqu’à présent permis d’étayer.

Il n’y a pas eu de « vrais affrontements »

Les récents incidents dans les eaux de la zone de Tanger au nord du Maroc « ne sont que les conséquences de la rareté des ressources halieutiques dans les eaux marocaines », explique à Telquel.ma Abderrahmane El Yazidi, secrétaire général du syndicat national des officiers et marins de la pêche hauturière.

Il explique que les pêcheurs marocains avec « leurs navires artisanaux » se font concurrencer par des pêcheurs espagnols « équipés de bateaux modernes » dans une zone où il y a peu de ressources. « Il est normal qu’il y ait des accrochages », ajoute t-il, en précisant qu’il ne s’agit que « d’accrochages verbaux » contrairement aux informations des médias espagnols qui évoquent des affrontements. « S’il y avait eu de vrais affrontements entre les deux parties, les pêcheurs auraient fait appel à la gendarmerie de la marine royale, habilitée à gérer ce genre de conflits », avance-t-il, préférant voir derrière les nombreux articles de presse espagnols sur les agressions supposées des pêcheurs marocains une « victimisation » sous forme de kabbale médiatique contre le Maroc.

Comportements « lamentables »

L’escalade dans ces affrontements et leur médiatisation en Espagne ont amené plusieurs officiels espagnols à appeler à l’apaisement, à l’image de Carmen Crespo, déléguée du gouvernement en Andalousie, qui a renvoyé dos à dos les pêcheurs de deux pays. C. Crespo a mis en garde les pêcheurs marocains contre la tentation de la violence, tout en qualifiant « d’inadmissibles » et « lamentables » le comportement des pêcheurs espagnols. Signe de l’ampleur prise par la polémique, le secrétaire d’État à la Pêche Andres Hermida est même venu soutenir les professionnels de la pêche au port d’Algeciras le 1er octobre.

Javier Garat, secrétaire général de la Confédération de pêche espagnole, a pris une position plus tranchée, en déclarant ne pas comprendre l’attitude des marins marocains et niant toute atteinte espagnole aux ressources halieutiques de ces eaux. Le conflit n’est pas prêt de s’apaiser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*