Un soldat poursuit sa femme pour avoir rejoint Daach

0
1686

140299929076L’épouse d’un soldat a quitté illégalement le Maroc vers la Syrie où elle aurait rejoint Daach, laissant jusqu’à son bébé derrière elle.

L’Etat islamique continue de faire couler beaucoup d’encre -entre autres- à travers le monde, et le Maroc ne fait pas exception, d’autant que les affaires impliquant des Marocains engagés dans l’organisation terroriste tendent à se multiplier. Aussi,  pour exemple, en ce mois de septembre, quelque 200 ressortissants marocains se sont retrouvés devant les tribunaux du royaume pour leur relation avec Daach qui travaille à réveiller les cellules dormantes dans le pays où elle se fournit en djihadistes pour gonfler ses rangs. Et les appels au djihad lancés par Daach ne concernent pas que les hommes, et l’on se souvient de l’ampleur qu’avait soudain prise, il y a exactement une année, en septembre 2013, le djihad du sexe. Un phénomène qui avait choqué les consciences et impliquait des jeunes femmes qui quittaient leur pays dans le but d’aller s’offrir aux combattants pour assouvir leurs besoins sexuels, au nom de ce qui fut appelé djihad al-nikah (« la guerre sainte du sexe »).

Elle abondonne sa famille pour rejoindre Daach

Etait-ce là l’idée de cette jeune femme et mère marocaine dont le mari, qui la soupçonne d’être partie en Syrie, vient de signaler sa disparition et de déposer plainte contre elle auprès des autorités de Taza? Toujours est-il que son époux, un soldat, l’a accusée d’avoir abandonné leur bébé à Tanger avant de quitter illégalement le pays pour rejoindre les rangs de Daach, en Syrie. Selon le journal Al Akhbar à paraître ce vendredi 26 septembre, la jeune femme, âgée de 23 ans, se serait bel et bien rendue à Tanger, dernièrement, pour une visite familiale, avant de se volatiliser quelques jours plus tard. Les autorités locales ont donc entamé une enquête pour faire la lumière sur cette affaire. Conclusion?  La femme recherchée aurait bien quitté le Maroc vers la Syrie où elle aurait rejoint un groupe de terroristes armés, laissant jusqu’à son bébé derrière elle. La politique d’endoctrinement de Daach continue donc de faire des ravages et d’affliger des familles qui peinent à trouver réponses aux questions qu’elles se posent. Y en a-t-il seulement?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*