Kader Abderrahim : La décapitation d’Hervé Gourdel, une énorme erreur du renseignement algérien

0
1754

herve-gourdel-et-les-djihadistes-499841_w650

Paris – L’enlèvement suivi de la décapitation du touriste français Hervé Gourdel en Kabylie constituent « une énorme erreur de surveillance de la Direction algérienne du renseignement et de la sécurité (DRS) qui va se payer cher en interne », a affirmé Kader Abderrahim, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

Il s’agit de la « seconde énorme faute, après la prise d’otage et le carnage d’In Amenas, en janvier 2013 où l’Algérie s’était réveillée complètement sonnée », a souligné ce spécialiste du Maghreb, dans un entretien publié vendredi par le quotidien français « Libération ».
« Comment comprendre, en sachant les contrôles sourcilleux à l’aéroport d’Alger, qu’un touriste français n’ait pas été interrogé et mis en garde sur son voyage dans des montagnes dans lesquelles des groupes armés perdurent depuis vingt ans ? » s’est-il interrogé, faisant savoir que depuis jeudi les quatre Algériens qui accompagnaient le touriste français sont entendus dans les locaux de la DRS, qui va chercher à savoir si Hervé Gourdel n’aurait pas été livré à ce groupe.
« Le pouvoir devra vite éclaircir ce point car il y a des éléments qui ne collent pas », a-t-il relevé, rappelant que « depuis le printemps kabyle en 2001 et la répression qui s’en est suivie, l’Etat s’est retiré de cette région qui est abandonnée économiquement. De sorte que les populations se sont débrouillées pour suppléer l’Etat défaillant quand la menace terroriste a muté en menace crapuleuse ».
L’expert a en outre estimé que « le pouvoir agit par incompétence en procédant toujours de deux manières : soit par le mépris, et il laisse une population à l’abandon – comme en Kabylie, soit il exerce son autorité par la violence brute ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*