Une MRE d’Arabie saoudite fouettée pour racolage sur WhatsApp

0
2053

 

pros_0Une Marocaine a été condamnée à cinquante coups de fouet, à une peine de prison et à l’expulsion du territoire saoudien pour avoir proposé ses charmes à travers l’application WhatsApp.

La technique était bien rodée: il s’agissait pour cette Marocaine résidant en Arabie saoudite, âgée de quarante ans et divorcée, de rentrer en contact avec des clients par WhatsApp. Des clients auxquels elle proposait ses charmes en échange de cash. Et cela marchait. Jusqu’au mois de juin dernier, coïncidant avec chaâbane, quand elle est dénoncée…

Et pas auprès de n’importe qui. C’est la très rigide Commission d’appel à la vertu et de prohibition du vice (al amr bilmaârouf wa nahye ani almounkare), l’intraitable police morale et religieuse saoudienne, qui se saisit de l’affaire.

La Commission lui tend ainsi un piège dans lequel elle s’engouffre. Un de ses agents se fait passer pour un client. Le contact établi, les deux protagonistes conviennent d’un rendez-vous, et d’une somme d’argent: 500 rials, soit un peu plus de 1.000 dirhams. Et alors que la Marocaine en question s’apprête à monter à bord du véhicule de son -faux- client, la police intervient et l’arrête. En Arabie Saoudite, cela s’appelle un flagrant délit.

Dans ses affaires personnelles, la police trouve la somme d’argent, ses papiers de résidence et son téléphone portable,  contenant entre autres des messages WhatsApp pour le moins osés et des photos et vidéos, naturellement jugées « contraires à la morale ».

La femme a eu beau essayer de justifier son « métier » par sa condition précaire, lit-on sur Hespress, cela n’a pas empêché la justice saoudienne de la condamner à 50 coups de fouets, à une peine de prison dont les médias saoudiens ayant relayé l’information n’ont pas précisé la durée, et à être expulsée vers le Maroc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*