Le Rif sur le chemin de la décolonisation

0
2640

Il y a longtemps que les Rifains débattent de leur avenir collectif menacé par le régime colonial dictatorial marocain. Parmi les suggestions qui étaient jusqu’ici présentées dans les débats Rifo-Rifains, on notait la nécessité de construire une force rifaine bien organisée capable de regrouper le politique avec l’économique, le social…

 drapeau-Rif

Cette force devra transporter le Rif vers un niveau rivage de paix, de la liberté, la laïcité et la fraternité, de la démocratie et la modernité.

Une force qui sauvera le Rif commencera l’action au lieu de se faire en fonction des réactions ou sur les actions des autres. Cette nouvelle force d’action rifaine s’appuiera sur un travail qui permettra la décolonisation du pays, au lieu de s’appuyer uniquement sur le langage revendicatif.

Le langage des faibles a échoué en fin de compte.

Une représentation légitime politique et juridique doit émaner du peuple rifain en même temps qu’il bénéficiera de l’appui de la communauté internationale.

Notre peuple qui a trop enduré dans son histoire soufre encore, pris dans la matrice du régime monarchique dictatorial.

Il est pris entre le marteau et l’enclume de ses factions et ses organismes socio-politiques.

Ses porte-parole auto-proclamés font le jeu du Mekhzan.

Les activités se décident sans l’accord des Rifains eux-même !

Les débats sur la cause du Rif se font sans les représentants légitimes du peuple Rifain.

Le langage revendicatif échoue par un manque d’actions. Il ne reste que des démarches qui ne servent au final que le régime lui-même.

Cela s’est produit auparavant avec des négociations sur le dos des Rifains comme celles d’Aix-les-Bains, Bouznika en 2000 avec les amazighes de services.  

Dans ce simulacre d’équité et la réconciliation, le bourreau devenait une victime, et la victime devenait bourreau!

Les propriétaires du langage revendicatif qui en apparence portent certaines demandes réformatrices aux autorités coloniales de Rabat ne font que retarder les échéances, nous enlisent et nous font retourner des décennies en arrière.  

Ils reproduisent les mêmes procédés dans l’intérêt de ceux qui conspirent contre notre peuple.

Sont-ils bien à la hauteur des valeurs du fond historique et stratégique, des problématiques profondes du Rif ?

Rappelons que le Rif a été livré par la France coloniale au Maroc en 1956 à Versailles.

Ce pays (Arrif) a toujours été indépendant jusqu’à la colonisation au début du XXème siècle par la France et l’Espagne.

Ces deux États ont annexé le Rif au Maroc. Les négociations entre les trois parties colonisateurs ont fait que ce pays a perdu donc ses frontières politiques, son propre système de gouvernance et ses coutumes juridiques.

Il est annexé au régime dictatorial qui a assassiné et continue d’étouffer jusqu’à ce jour les voix libres du Rif.

Ce régime meurtrier et mafieux très loin du notion de l’État, est un prédateur qui ravage les richesses du peuple Rifain.

Ce régime terroriste arabo-musulman emprisonne les Rifains qui disent NON pour ses conspirations.

Il est important que l’avenir du Rif ne soit plus déterminé par les imposteurs qui sont arrogés des « droits historiques », ces représentants illégitimes du peuple Rifain qui n’ont été désigné par aucun vote. Leur absence de légitimité ajoute à la violence.

La nécessité historique nous oblige à une unification depuis nos conseils de villages et de nos villes, pour renforcer notre combat, dépasser le langage revendicatif et passer à l’action politique motivée par les citoyens rifains.

On travaille pour construire notre rêve collectif qui est la décolonisation du Rif.

La création d’une république démocratique laïque est basée sur les principes de la démocratie et les droits de l’homme, qui sont les mêmes principes de notre amazighité.

El Azrak Fikri
Source:Rifaction.blog.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*