Guerre du Rif – La vérité est toute allemande

0
1271

rif-nador

Ironie du sort, c’est peut-être grâce aux archives de l’inventeur allemand du gaz toxique et de la méthode de son épandage par avion qu’on en saura plus sur la tragédie de la guerre du Rif. Ce pan caché de l’histoire du gazage des Rifains, par une coalition européenne en 1925, a été soulevé par les conférenciers invités à une table ronde récemment, sur le sujet à Tanger.

 

Exploitant les archives personnelles du docteur Hugo Stolzenberg, parfaitement conservées chez lui par sa fille à Hambourg, Rudibert Kunz, co-auteur du livre Gaz Toxiques contre Abdelkrim Al Khatabi, a ainsi levé le voile, sur les difficultés et les portes fermées qu’il a dû forcer pour tenter de faire la lumière sur un dossier noir que la France, l’Espagne et la Grande Bretagne ne veulent pas ouvrir. La conférence, initiée par Zniber Khalil, un des meilleurs journalistes connaisseur du dossier a été animée par des spécialistes de la guerre du Rif tels que Zakia Daoud, pour ne citer qu’elle.

 

L’histoire démarre avec la défaite cinglante infligée par Abdelkrim aux colons espagnols mais également aux Français coalisés avec les Ibériques dans un même élan colonial. Les guérillas organisées autour d’un noyau de réguliers bien armés, bien encadrés et bien entraînés fait des ravages au sein des soldats de l’empire avec un pic à la bataille d’Anoual et ses 35 OOO morts espagnols.

 

Le défi lancé par Khattabi en décembre 1924 aux puissances coloniales après la débâcle espagnole de Chechaouen « Nous considérons que nous avons le droit, comme toute autre nation, de posséder notre territoire, et nous considérons que le parti colonial espagnol a usurpé et violé nos droits, sans que sa prétention à faire de notre gouvernement rifain un protectorat ne soit fondée. […] Nous voulons nous gouverner par nous-mêmes et préserver entiers nos droits indiscutables » ulcère les puissances européennes.

 

« Selon les investigations de notre ami Rüdibert Kunz, l’analyse des documents devenus accessibles récemment laissent à penser que c’est le déclenchement de la 1ère guerre mondiale et la proclamation de la guerre sainte contre le colonialisme qui ont été le facteur décisif dans la décision de recourir à une arme de destruction massive » explique Zniber Khalil.

Rif-crime2

Résultat, les armées françaises et espagnoles sous la houlette des maréchaux Pétain et Lyautey pour la France et le général Franco pour l’Espagne décident d’opérer un génocide à l’aide d’une technologie de pointe : du gaz toxique haut de gamme, portant le label « Made in Germany » qui sera répandu par avion.

 

Rüdibert Kunz avance, dans son intervention, que ces derniers n’avaient, eux- mêmes, qu’une idée approximative du poison utilisé avec « l’avantage » que les victimes ne sentaient pas de douleurs au départ, n’entraînant pas la mort au début, mais bien plus tard. Selon lui, entre le 25 Août et le 15 Novembre 1925 le nombre d’attaques effectuées est de 644, ce qui correspond à 111O bombes totalisant 7,2 tonnes de produits toxiques.

 

Et il y en a encore qui osent parler de «  colonisation positive » !

Aziz Cherkaoui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*