Alger : La police disperse par la force un rassemblement du mouvement “Barakat!”

0
1404

Aucun rassemblement pacifique n’est toléré par les autorités algériennes à la veille de l’élection présidentielle. C’est le message clair et net adressé par les autorités algériennes à tous les opposants qui tentent de se mobiliser contre le 4e mandat que brigue Abdelaziz Bouteflika. 

10247225_544373878928198_4666023123332237392_n

Preuve en est, mercredi après-midi, la police a dispersé par la force quelques dizaines de membres du mouvement “Barakat!” ont tenté de se rassembler devant la faculté centrale à Alger pour dénoncer la “mascarade électorale” du 17 avril et clamer leur opposition au 4e mandat que veut obtenir Bouteflika après 15 ans de règne à la tête de l’Etat algérien.

Les policiers mobilisés fortement au niveau de tous les boulevards de la capitale algérienne sont intervenus rapidement pour empêcher cette manifestation. Bien avant 16 H, l’heure à laquelle le rassemblement devait commencer, les principaux animateurs du mouvement “Barakat!” ont été empêchés de rejoindre la place Audin. Les policiers ont même passé à tabac plusieurs membres de ce mouvement contestataire. “On nous a été traîné par terre par des policiers qui nous ont tabassés sans aucune retenue alors qu’on se trouvait au niveau de la rue Didouche Mourad”, témoigne à ce propos  Sid-Ali Kouidri Filali, porte-parole du mouvement “Barakat!”.  Notre interlocuteur a assuré également que Mustapha Benfodil et Amira Bouraoui, deux autres figures du mouvement “Barakat!”, ont été longtemps retenus “en otage” par des policiers à l’intérieur d’une cage d’escalier d’un bâtiment situé à Didouche Mourad. A la suite de cette répression policière, les manifestants ont tenté de se regrouper dans un autre endroit au centre de la capitale.

10007233_544307272268192_6933098234834066845_o

Et pour ce faire, une quinzaine d’entre-eux ont investi la Place de la Grande-Poste pour arborer une banderole où on pouvait lire : “A Ghardaïa on n’a pas vu le match Atlético-Barcelone”. “Système Dégage” et “Non au 4e mandat”, ces slogans ont été également pendant ce rassemblement improvisé mais rapidement dispersé aussi par des policiers vigilants et intraitables.

boutef

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*