0
809

L’ONG Oxfam a dénoncé  l’aggravation des inégalités causée par les politiques d’austérité. Elle a appelé le FMI et la Banque Mondiale a agir. Il est vrai que les lignes commencent timidement à bouger au niveau de l’orthodoxie économique, puisque le FMI est revenu officiellement pour la première fois sur son idéologie du « tout austéritaire » dans son rapport semestriel, en préconisant une relance de l’investissement public pour lutter contre le risque de déflation. Le retour de la célèbre « rilance » chère à Christine Lagarde ? Ah mais zut, personne n’a jamais vu le début de la concrétisation de ce fumeux, fameux concept lagardien. Tout compte fait, rien ne change au FMI, la soupe est trop bonne

1610643_pic_970x641

Les 67 personnes les plus fortunées sur le globe possèdent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, a estimé mercredi l’ONG Oxfam, appelant le FMI et la Banque mondiale à agir. « Les inégalités extrêmes se sont aggravées », a affirmé l’organisation de lutte contre la pauvreté dans un communiqué, rappelant que le club des plus riches comptait jusque-là 85 membres. Selon Oxfam, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, qui tiennent leur assemblée générale cette semaine à Washington, doivent passer de la « rhétorique » aux actes pour tenter de réduire ce fossé.

« Le président de la Banque Jim Yong Kim et la directrice générale du FMI Christine Lagarde ont abondamment parlé des dangers posés par l’explosion des inégalités. Cette semaine, nous devons voir des actions concrètes pour appuyer cette rhétorique », a plaidé Raymond Offenheiser, président d’Oxfam America, cité dans le communiqué. Le FMI a récemment publié deux rapports soulignant les méfaits des inégalités sur l’économie. La Banque mondiale s’est, elle, fixé l’objectif de doper les revenus des 40 % plus pauvres partout sur le globe.

Mais, selon Oxfam, ces deux institutions doivent désormais « changer » leurs recommandations et leur politique de prêts à leurs États membres en plaidant pour davantage d’investissements dans la santé et l’éducation. Gardien de l’orthodoxie budgétaire, le FMI défend traditionnellement les coupes dans les dépenses publiques et la réduction des déficits. « L’austérité aggrave les inégalités et le FMI et la Banque mondiale le savent bien », assure Oxfam, qui appelle également le Fonds à admettre que les stratégies d’évitement fiscal des multinationales sont un des « moteurs » des inégalités.

[box type= »info » size= »large » style= »rounded » border= »full »]La fortune des milliardaires a grimpé de plus de 16% en 2013[/box]

Bill Gates

Leur richesse a augmenté de 524 milliards de dollars l’an dernier pour atteindre 3700 milliards, selon Bloomberg. L’Américain Bill Gates redevient l’homme le plus riche du monde, détrônant le magnat mexicain Carlos Slim.

Les 300 personnalités les plus fortunées du monde disposaient de 3700 milliards de dollars à la fermeture des marchés le 31 décembre 2013, soit 1,5 fois le PIB de la France. Leur richesse a bondi de 524 milliards de dollars (383 milliards d’euros) au cours de l’année, selon le classement Bloomberg qui dresse un palmarès des fortunes du monde en quasi temps réel en fonction des cours de Bourse ou des fluctuations des monnaies.

Bill Gates a vu sa richesse augmenter de 15,8 milliards de dollars en 2013, ce qui lui a permis de prendre la place du magnat mexicain Carlos Slim à la tête du classement. Le fondateur de Microsoft détient une fortune de 78,6 milliards de dollars, notamment dopée par la capitalisation boursière du groupe informatique qui s’est envolée de 88 milliards de dollars l’année dernière.

Carlos Slim

A l’inverse, Carlos Slim a pâti de la loi adoptée par le Congrès du Mexique qui a fait perdre 12% en Bourse à América Movil, le plus grand opérateur de téléphonie mobile en Amérique Latine qu’il dirige. La fortune de l’homme d’affaires a diminué de 1,4 milliard de dollars alors que seulement 70 des 300 milliardaires ont enregistré une perte nette au cours de l’année. Carlos Slim reste tout de même le deuxième homme le plus riche du monde avec une fortune de 73.8 milliards de dollars.

Il est suivi par Amancio Ortega, le patron de Zara, qui dispose de 66,4 milliards de dollars (+ 8,9 milliards en un an) et par Warren Buffett, l’investisseur américain à la tête du fonds Berkshire Hathaway, qui détient 60,8 milliards de dollars (+ 12,9 milliards).

Warren Buffet

A noter que les patrons des sociétés numériques sont bien classés. Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, est en 13ème place, avec une fortune de 36 milliards de dollars qui a augmenté de 12,4 milliards. Soit autant que celle de Mark Zuckerberg. Le PDG de Facebook occupe la 26ème place avec une fortune de 24,7 milliards de dollars.

Bettencourt en tête du classement français, suivie par Bernard Arnault

PHOd5c5a3ae-73cd-11e3-b368-b9d8a74cccf8-300x200Côté français, Liliane Bettencourt reste la plus grande fortune du pays devant Bernard Arnault. L’héritière du groupe L’Oréal se trouve au 15ème rang mondial et brasse une fortune de 34,1 milliards de dollars. Le patron de LVMH se place au 18ème rang avec 2 milliards de dollars en moins que sa concurrente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*