Maroc : 13 non-voyants sans emploi ont tenté de s’immoler par le feu à Rabat

0
835

Des immolations par le feu étaient sur le point de se produire dans la capitale. Il s’agissait de 13 non-voyants qui réclamaient le droit au travail dans  la fonction publique mais sans passer de concours.

Sans-titre-4

Hier à Rabat, la police a empêché des tentatives d’immolations que s’apprêtaient à mener 13 diplômés sans emploi non-voyants, indique une dépêche de l’agence Reuters. Enchainés par une corde autour du cou, ils ont ensuite aspergé de l’essence sur leurs vêtements, menaçant de mettre le feu. L’usage de cannons à eaux par les forces de l’ordre en place a permis d’éviter le pire. Toutefois, il a causé des blessures et évanouissements parmi les protestataires.

Du travail dans la fonction publique mais sans passer de concours

Cette escalade dans les mouvements de contestations de cette catégorie de demandeurs d’emploi est très inquiétante. D’habitude, les non-voyants se contentaient d’organiser des sit-in devant le siège du ministre de la Solidarité et de la Famille ou devant le parlement.

Si cette fois, ils ont eu recours à cette nouvelle forme de protestation, c’est pour dénoncer et la décision du gouvernement Benkirane de ne leur réserver que 7% des postes dans la fonction publique et l’obligation de passer des concours. Une revendication partagée par l’ensemble des diplômés sans emploi.

Le précédent de 2006

Pour tomber sur une tentative d’immolation par le feu aussi spectaculaire que celle d’hier, il faut remonter au 12 juin 2006. Toujours à Rabat et non loin du Centre hospitalier universitaire Avicenne, à l’époque elle était menée par douze non-voyants. Une opération tentée bien avant celle du marchand ambulant tunisien, Mohamed Bouaâzizi. Là aussi, la police était intervenue pour éviter l’irréparable.

Cet incident n’est guère un acte isolé. Durant le premier trimestre de cette année, les protestations des diplômés sans emploi vont crescendo. Vendredi dernier, des dizaines de jeunes ont interrompu, pendant plusieurs minutes, le déroulement d’une réunion de l’instance nationale du dialogue avec la société civile, marquée par la présence du ministre du Relations avec le parlement, Mohamed Choubani, pour revendiquer de l’emploi. Une première.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*