Ramid leur interdit de manifester, jusqu’où iront les magistrats?

0
1074

Les magistrats dénoncent l’interdiction de manifester qui a émané de la wilaya de Rabat. Leur sit-in prévu ce samedi 8 février devant les locaux du ministère de tutelle est transformé en meeting dans les locaux de l’association.

avocats-juges

La manifestation prévue, samedi, par le Club des magistrats du Maroc a été interdite, a indiqué la Wilaya de Rabat dans un communiqué. Cette corporation se refuse à tout commentaire.

La manifestation prévue, samedi, par le club des magistrats du Maroc est interdite, a indiqué la wilaya de Rabat dans un communiqué. Il s’agit de faire « respecter l’ordre et la sécurité », a déclaré à Le360 une source proche de cette wilaya. Une autre source proche de ce dossier a souligné pour sa part que « manifester en robe de magistrat est un comportement qui n’est pas sage. Il vise à porter atteinte à la dignité des magistrats et à discréditer les valeurs et la dignité de cette profession ».

Jeudi, Mustapha Ramid, ministre de la Justice, avait jugé inacceptable pour les magistrats de porter la robe dans la rue lors de leur manifestation. Il a cité deux dispositions qui n’autorisent pas le port de la robe que dans les salles de tribunaux. Le ministre a néanmoins soutenu leur droit à manifester sans robe. « Sa Majesté le roi est le garant de l’indépendance de la justice, pas le port de la robe de magistrat dans la rue », avait précisé le ministre.

Contacté par Le360, vendredi soir, juste après l’annonce de l’interdiction de la manifestation, le président du Club des magistrats, Yassine El Makhli s’est refusé à commenter pour l’instant cette mesure. Et d’affirmer : » On va se réunir ce soir pour décider de la suite à donner à cette mesure. Je ne peux rien vous dire maintenant. Attendez le communiqué sur notre site. Nous agissons d’une manière démocratique », a déclaré El Makhli, fondateur du Club des magistrats (400 membres sur 2.000 que compte le royaume).

Cette corporation accuse le ministère de la Justice d’avoir fermé la porte du dialogue en ce qui concerne leurs revendications qui portent essentiellement sur les salaires, jugeant insuffisante la dernière augmentation, et sur la réforme du système de la justice. Ce Club a pourtant participé cette réforme, dont les deux principaux projets (statut des magistrats et l’indépendance de la justice vis-à-vis de l’Exécutif) sont toujours en cours d’élaboration. « Je ne comprend pas comment des gens peuvent manifester alors qu’ils refusent le dialogue. Ces deux projets ne sont encore qu’au stade de projets », a martelé Mustapha Ramid, jeudi, lors de la conférence de presse. « C’est une affaire purement électorale », selon le ministre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*