La marine marocaine a-t-elle blessé par balles trois jeunes espagnols ?

0
1227

punta-negre

Le 2 novembre, Melilla a connu une manifestation de parents et proches des deux jeunes espagnols tués par une patrouille de la marine marocaine. Ce matin, trois jeunes, à bord d’une embarcation rapide, affirment avoir été blessés par des balles tirées par les gardes côtes marocains. Une version remise en question par le passé des « victimes » et l’arrestation du propriétaire et du pilote de l’appareil par la police de Ceuta.

Une patrouille de la marine royale a-t-elle blessé par balles, une nouvelle fois, trois jeunes originaires de La Línea, une petite localité située dans la province de Cadiz ? Les premiers concernés assurent que oui et se disent même victimes d’une course-poursuite. Laquelle les a obligés à trouver refuge dans le port de Ceuta. L’incident selon leurs témoignages se serait produit durant les premières heures de la matinée de ce lundi, dans les eaux marocaines, non loin de Cabo Negro.

Ils soutenaient qu’ils étaient là pour pêcher à bord d’une embarcation très puissante équipée de deux moteurs de 250 chevaux. Un appareil qui n’est pas sans rappeler les go-fast utilisés par les trafiquants de drogue entre le Maroc et l’Espagne. En effet, le quotidien El Mundo rapportait dans son édition du 23 avril 2010, la détention, lors d’une opération contre un réseau de trafic de cannabis, d’une embarcation ayant exactement les mêmes caractéristiques techniques.

Une version qui commence à prendre l’eau

Quelques heures après les déclarations des jeunes à la police de Ceuta, une partie de la presse espagnole, en l’occurrence El Faro Digital et une dépêche de l’agence EFE ont commencé à remettre en question les propos des jeunes. El Faro Digital n’écarte pas d’ailleurs, la possibilité de l’existence « d’une autre embarcation qui serait à l’origine de la course-poursuite et des tirs de balles ».

De son côté EFE assure que l’appareil qui aurait subi les tirs de la part d’une patrouille marocaine serait « non conforme » à la législation espagnole. Preuve en est l’arrestation, comme le rapporte l’agence espagnole, de son propriétaire, M.H.C. âgé de 39 ans, par la police judiciaire de Ceuta. Cette personne ne se trouvait pas au moment des faits à bord de son zodiac. Il s’est présenté librement pour être à la disposition de la police.

Un autre jeune, K.M.P, de 23 ans, blessé par balle au pied droit a également été arrêté, indique la même source pour les mêmes raisons. Le reste des occupants, deux blessés respectivement au niveau de l’estomac et du bras, ont été admis dans un hôpital de Ceuta alors que le quatrième s’en est sorti indemne.

Madrid opte pour le silence

Pour le moment, le département espagnol des Affaires étrangères dirigé par José Margallo n’a pas commenté l’incident ni même demandé à son homologue marocain de lui fournir des « informations », comme il l’a déjà fait il y a une semaine lorsqu’une patrouille a blessé mortellement deux Espagnols de Melilla.

En revanche, la police judiciaire de Ceuta a ouvert une enquête et a pris, comme le souligne une dépêche d’EFE, contact avec la partie marocaine en vue de connaître les dessous de cette affaire. Par ailleurs, le fait que la partie marocaine n’ait pas, encore, publié de communiqué sur cet incident ajoute davantage de zones d’ombre sur une affaire qui en comporte déjà un certain nombre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*