Explosion suicide de Sidi Maârouf: l’épouse raconte…

0
1217

loubna

Il y a une semaine, Loubna vivait encore avec son mari et ses deux filles. Aujourd’hui, elle raconte le suicide de son mari, qui a emmené avec lui leurs deux enfants.

Cela fait une semaine que Hicham, chauffeur de taxi au chômage, s’est donné la mort en faisant exploser une butane de gaz à l’intérieur de son domicile à Sidi Maârouf. Vendredi 22 novembre, ce père de famille débranche la bonbonne de gaz et provoque un incendie, qui a également emporté ses deux filles Hasnaa 6 ans et Oumeima 3 ans.

«Vous n’allez plus nous voir, ni moi ni mes filles», déclare-t-il au téléphone à sa femme, Loubna, qui a essayé inlassablement de l’en dissuader.

Nos confrères du site Febrayer.com se sont rendus chez la maman éplorée qui leur a raconté cette journée horrible que rien ne laissait présager.

«Jeudi, il rigolait encore avec ses filles», se rappelle en pleurant Loubna. Cette employée d’une agence d’assurances raconte comment, à quelques heures du drame, Hicham jouait encore avec ses filles sur l’ordinateur, «au point que les voisins pouvaient entendre leurs rires».

Pour elle, rien ne laissait présager le terrible drame, même si son mari avait de graves problèmes familiaux, notamment avec sa mère. «Son père avait divorcé de sa mère le jour de sa naissance». C’était en 1973. «Quand je l’ai rencontré, il m’avait dit qu’il n’avait personne (…) le fait que son père ne l’a jamais reconnu le complexait», explique-t-elle, tentant de rassembler les pièces du puzzle.

«Je vais emmener les filles avec moi»
Le lendemain, vendredi, Hicham devait comme à son habitude emmener les filles à l’école. Loubna, elle travaillait pour subvenir aux besoins de la petite famille. Elle remboursait le crédit de la maison et payait l’école des enfants en attendant que son mari retrouve un travail.

Un vendredi banal, donc. Lamia est au bureau quand elle reçoit un coup de fil. C’est Hicham, il n’a pas emmené Hasnaa et Oumeima à l’école. Il a «la langue épaisse car il avait bu ce matin-là». Lamia se rend rapidement compte que quelque chose ne va pas. Hicham lui explique qu’il compte se suicider. «Je vais emmener les filles avec moi».

Elle pense d’abord que ce ne sont que des menaces en l’air: ce n’est pas la première fois qu’il menace de mettre le feu à la maison. Au fil de la conversation, elle se rend compte qu’il est sérieux. «Il ne voulait rien entendre. Je lui ai dit de m’attendre, qu’on s’en irait tous les quatre. Il m’a répondu que je mentais».

Paniquée, Lamia court, pendue au téléphone,  prendre un taxi sur le boulevard Roudani. «Une fois sur les lieux, je vois des ambulances, les pompiers et la police. Je ne voulais pas y croire, je me disais qu’ils n’étaient pas à l’intérieur». Pourtant, Hicham a bel et bien mis ses menaces à exécution.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*