Un agent poignardé en défendant la résidence du prince Moulay Rachid

0
686

l-homme-s-est-poignarde-plusieurs-fois

Un membre de la brigade spéciale en charge de la sécurité de la résidence princière a été grièvement blessé après une agression à l’arme blanche.

Encore une affaire d’agression à l’arme blanche ! Une affaire qui ne manquera certes pas d’interpeller les citoyens, tant les attaques au couteau semblent être devenues monnaie courante sous nos cieux, générant de véritables psychoses. Véritables épées de Damoclès, c’est le moins que l’on puisse dire, que ces poignards qui n’ont que trop fait les titres des journaux, cette année. Viols, braquages, vols à l’arraché : autant de crimes commis sous la menace de la lame. Et c’est cette fois de l’agression d’un agent de police que rend compte le journal Assabah dans son édition de samedi 16 novembre. Un agent de police qui, au matin de ce jeudi 14 novembre, surveillait la résidence de Salé du prince Moulay Rachid quand il a soudain remarqué un homme cherchant à pénétrer la propriété, un homme qui l’a poignardé lorsqu’il a tenté de s’interposer pour lui barrer la route.

La folie, le plus usé et usurpé des plaidoyers

L’agent, qui fait partie de la brigade spéciale en charge de la sécurité de la résidence princière sur la route de Sidi Hmida, près de Salé al Jadida, a été grièvement blessé et transporté d’urgence à l’hôpital. Son agresseur lui a en effet porté un coup de poignard  au cou, après un accrochage qui a opposé le policier et l’intrus. Ce dernier, s’étant heurté à un refus catégorique de l’agent de sécurité de lui laisser libre voie, a sorti un couteau qu’il a planté dans la gorge de son adversaire, laissant sur les lieux une mare de sang.

L’individu a été arrêté par la police pour, une fois devant le commissaire, invoquer la folie. Une circonstance atténuante pour le moins usée, pour ne pas dire usurpée, et qui aurait peut-être pu faire son effet, d’autant que l’agresseur en question semble avoir des antécédents psychiatriques, n’eût été, quand même, cette lancinante question de savoir à quel point un fou se sait fou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*