Les jeunes de Targuist réclament toujours la réalisation de projets royaux lancés en 2007

0
1135

bwz1

Voilà plus de deux mois que les jeunes de Targuist battent le pavé. Leur principale revendication : la concrétisation sur le terrain de projets lancés par le roi Mohammed VI lors de sa visite en 2007. Six ans plus tard, rien n’a été fait. Les promesses du gouverneur d’accélérer le « rythme » des réalisations ne semblent guère convaincre les représentants des contestataires. Dimanche, ils sont descendus dans les rues. Les forces de l’ordre, également.

Il n’y a pas que le Sahara qui est en ébullition, le Rif l’est également. Cette année, c’est Targuist qui a repris le flambeau de la contestation de Bni Bouyache et Imzouren. La petite ville a connu, dans l’après-midi du dimanche 20 octobre, une nouvelle marche organisée par des jeunes contre le conseil municipal, dont le siège était l’objectif final des manifestants.

Contrairement au dernier mouvement de contestation qui a eu lieu le vendredi 11 octobre, cette fois, les autorités locales, montrant ainsi leur soutien au conseil communal, ont choisi la manière forte en tentant de disperser la manifestation.

Les jeunes réclament toujours la réalisation des projets lancés par le roi

L’intervention des forces de l’ordre a causé, selon des sources locales, des blessés dans les rangs des manifestants. Et pourtant, leurs réclamations sont toutes légitimes avec notamment des meilleures conditions de vie pour l’ensemble des habitants de Targuist. Mais leur principale doléance est surtout la réalisation des projets royaux annoncés lors de la visite de Mohammed VI en 2007.

Le gouverneur de Targuist a tenté, début septembre, de nouer le dialogue avec les représentants de la contestation, mais en vain. Ces derniers ont rejeté son offre. Il a, également, promis d’accélérer la « cadence » des projets lancés par le monarque. Des tentatives qui n’ont pas pu calmer la colère des habitants.

Force est de constater que nous sommes en face du même scénario que celui de Bni Bouyach et Imzouren en 2012. Il se répète, cette fois, à Targuist. Il y a une réelle volonté de la population rifaine de voir des projets structurants se développer.

Le recours à la matraque en guise de réponse de l’Administration territoriale à ces revendications ne fait que raviver les tensions et accentuer le manque de confiance entre le Rif et Rabat.

[wzslider]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*