Ou sont passes nos terrains de foot de quartier d’antan?

0
1740

960072_445075078922454_1570108541_nPhotographie Jean-Pierre Evrard

l’urbanisation des grandes villes du Maroc, a avalé les terrains des quartiers où évoluaient les jeunes avant d’intégrer les structures des clubs.
Cette disparition des terrains des quartiers n’a pas été accompagnée par la création de terrains par les communes, l’exemple de Casablanca : avant on avait beaucoup de terrains de quartiers, et il suffisait de passer par l’Hermitage, ou par les terrains de Silk, de Saleh, de Byada, d’Al Halfa, de Bourgogne, etc., et là on pouvait tout de suite trouver de jeunes talents prêts à intégrer les catégories des jeunes dans les clubs. Maintenant, c’est pratiquement impossible et le peu de terrains qui existent dans les clubs connus, ne suffisent pas pour intégrer la totalité des jeunes désireux d’apprendre, pour les former, et en sortir des joueurs talentueux comme par le passé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*