Latifa Ibn Ziaten :Les menaces de mort justifient mon combat

0
556

Latifa Ibn Ziaten, la maman du premier militaire tué à Toulouse par Mohammed Merah, était menacée de mort part deux femmes de Montpellier. Cette mère et sa fille, des musulmanes intégristes, ont été interpellées mardi. Rencontre avec Latifa Ibn Ziaten.

854042

La police a interpellé hier une mère et sa fille, 49 et 17 ans, suspectées d’être les personnes qui vous adressaient des menaces de mort. Êtes-vous soulagée ?

«Oui. Je suis contente que la police ait pu les arrêter. Elle a vraiment fait du bon travail. Cela commençait à m’inquiéter d’autant plus que je ne savais pas de quelle ville sont ces femmes et que je me déplace beaucoup en France pour prôner la tolérance au travers de l’association que j’ai créée après l’assassinat de mon fils. Je me suis d’ailleurs rendue à Montpellier dans leur quartier. Heureusement, il ne m’est rien arrivé.

La teneur de leurs propos était plutôt effrayante…

Ces mails et ces textos m’ont vraiment fait peur. Elles me sommaient de laisser Merah tranquille et le glorifiaient en le qualifiant de défenseur du «vrai islam». Elles me conseillaient aussi : «Ne parlez plus des musulmans croyants, bande de chiens car, par Allah, on est bien meilleur que vous et on tue». Elles ont aussi écrit : «Crains Allah et reprends-toi avant que la mort te prenne».

Comment expliquez-vous de tels comportements ?

Je ne comprends pas que l’on puisse avoir autant de haine en soi. Je pense que ce sont des extrémistes qui ont bien évidemment une lecture fausse du Coran et qui sont peut-être manipulées par d’autres fanatiques.

Qu’avez-vous envie de dire à cette mère de famille et sa fille ?

Je veux leur dire que l’islam ce n’est pas ça, ce n’est pas Merah ni souhaiter la mort des gens. Aucune religion ne dit de rejeter l’autre et de menacer de mort son prochain. Je veux aussi leur dire qu’elles vont droit dans le mur et donnent une fausse image de l’Islam au lieu de défendre les valeurs de fraternité, d’égalité et de laïcité que la France mérite. Nous sommes tous frères et vivre tous ensemble est la vraie richesse et la vraie croyance».

La peur qu’ont provoqué chez vous ces menaces a-t-elle ébranlé votre détermination à combattre l’extrémisme ?

Non. Il faut que tout le monde sache que rien ne m’arrêtera. Que mon combat continuera en toutes circonstances. D’ailleurs, leurs menaces le justifient. Elles sont la preuve qu’il y a encore beaucoup de travail à faire pour éviter que des gens ne prennent le même chemin que Merah. Et, des Merah en puissance il y en a plein. Je veux dire aux parents, notamment aux pères qui sont souvent absents, qu’il faut encadrer leurs enfants, les aimer, leur montrer qu’il y a un avenir qui ne passe pas par la violence et le terrorisme. Et, surtout, qu’ils ne ferment pas les yeux s’ils commencent à dérailler».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*