Politique. 15 députés PJD corrompus, 15 ministres « ivrognes »

0
605

15 députés PJD corrompus, 15 ministres « ivrognes »,Chabat n’en finit pas avec les attaques contre Benkirane.

Chabat-et-Benkirane_14022013161736

Les membres du PJD prétendent lutter contre la corruption « alors que 15 d’entre eux, lorsqu’ils étaient chargées de la gestion des affaires locales, ont été impliqués dans des cas de corruption, comme cela s’est produit à Midelt et à Meknès », a affirmé le secrétaire général de l’Istiqlal Hamid Chabat lors d’un rassemblement syndical tenu dimanche dernier à Fès, rapporte le quotidien arabophone Assabah.

Le responsable politique n’a cependant pas nommé les politiques concernés. Après une attaque directement adressée au parti au pouvoir, le patron de l’Istiqlal s’en est pris aux membres de l’Exécutif affirmant que certains « ministres sont des ivrognes ».« La moitié des ministres du gouvernement conduits par Abdelilah Benkirane sont toujours en état d’ébriété ».

D’après lui, le Premier ministre ne serait même pas informé de cet état des choses.

Déjà, lors de son allocution à l’occasion de la Fête du travail, M. Chabat a affirmé qu’un ministre s’était présenté au Parlement soûl, traitant également quelques ministres de « menteurs ».

Il a réitéré ses attaques dimanche dernier parce qu’en colère, après avoir fait l’objet des discussions de la réunion de la majorité tenue jeudi dernier.

En effet, le chef du gouvernement durant toute la séance l’interrogeait sur ses déclarations à la presse au sujet des ministres, alors que l’ordre du jour portait sur la situation économique du pays, la réforme fiscale et la Caisse de compensation, rapporte Le Matin.

Pour Abdelilah Benkirane, une question se pose : Hamid Chabat fait-il partie ou non de la majorité ?

« Ces réunions de la majorité ont pour objectif d’essayer de renforcer la cohésion de la coalition gouvernementale et d’unifier les positions. Mais elles restent sans effet quand elles aboutissent à des déclarations de ce type », a déclaré le Premier ministre.

Il estime qu’aucun autre sujet ne pourrait être abordé lors des réunions de la majorité tant que les choses ne sont pas clarifiées avec le patron de l’Istiqlal. Alors que les deux leaders politiques semblaient avoir enterré la hache de guerre en début d’année, les sorties médiatiques du chef de l’Istiqlal montre qu’il n’en est rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*