Le plus grand bateau solaire au monde jette l’ancre à la Marina de Bouregreg avant d’entamer sa traversée transatlantique

0
950
611671_bateau-planet_solar-g1_19042013170517Le plus grand bateau solaire au monde, Planet solar, a jeté mardi dernier l’ancre à la Marina de Bouregreg avant d’entamer depuis Rabat sa deuxième traversée transatlantique, après celle réalisée en 2012.

Le bateau, battant pavillon suisse, qui fonctionne grâce à 537 m2 de surface photovoltaïque, baptisé Tûranor Planet Solar qui signifie « Puissance du soleil », a choisi la Marina de Bouregreg pour entamer sa campagne 2013 destinée en premier lieu à démontrer les applications concrètes et le potentiel du vaisseau solaire, avant de se transformer dès le mois de mai en plateforme scientifique dans le cadre de l’expédition « PlanetSolar DeepWater ».

Planet solar avait accompli en mai 2012 le premier tour du monde uniquement alimente? par l’énergie solaire. Il tentera durant cette nouvelle aventure de battre son propre record de vitesse de 26 jours.

Un navire « unique »

Ce bateau est une plate-forme scientifique « absolument unique » qui permet de faire une campagne de mesures le long du Golf Stream, ce courant océanique extrêmement important comme régulateur du climat de l’hémisphère nord, a affirmé vendredi lors d’un point de presse tenu à la Marina de Bouregreg à Salé, Didier Rabou, directeur de communication à l’Université de Genève, partenaire de cet événement.

M. Rabou, a également indiqué L’équipage aura à étudier ce courant à l’aide d’un instrument la « Biobox » développé par l’Université de Genève qui permet de caractériser les aérosols émis par l’océan et partent dans l’atmosphère et leurs rôles dans la question du réchauffement climatique, a-t-il expliqué.

Planet Solar Deep Water, est une expédition inédite, permet aussi à la science de dialoguer avec le public sur les enjeux climatiques à travers le développement d’activités et de ressources didactiques, a-t-il dit.

« Le savoir scientifique notamment en matière du changement climatique peut alimenter les prises de décisions et influencer les individus et les entreprises à adopter un comportement plus responsables. »

Didier Rabou, directeur de communication à l’Université de Genève

Pour sa part, le Directeur général de l’Agence pour l’aménagement de la vallée de Bouregreg, Lemghari Essakl a souligné que cette escale offre l’occasion de sensibiliser à l’importance des énergies renouvelables, rappelant que le Royaume du Maroc s’est engagé dans un vaste programme visant le développement de ces énergies notamment solaire.

De son côté, l’ambassadeur suisse à Rabat, Bertrand Louis, a indiqué à la MAP que « Planet Solar, comme Solar Impulse, sont deux projets de globalisation », soulignant que la Suisse et le Maroc avec son plan solaire extraordinaire visionnaire, peuvent mettre ensemble des capacités pour relever l’immense défi de la production des énergies renouvelables.

Récolte de données sur le Gulf Stream

Venant de l’Europe, Planet Solar devait prendre la tâche sur la côte africaine et Rabat est l’endroit le plus idoine pour cette première étape de son projet scientifique, a-t-il souligné.

Ce projet, dirigé par le professeur et climatologue Martin Beniston de l’Université de Genéve (UNIGE), a pour finalité la récolte de données inédites le long du Gulf Stream. Grâce aux spécificités du MS Tûranor PlanetSolar, l’équipe scientifique embarquée recueillera des mesures non altérées par des gaz polluants, facteur important qui devrait permettre clairement d’identifier certains composants du courant océanique.

Cette traque le long du Gulf Stream ménera le bateau de la Floride au Grand Nord, où il fera escale dans des villes telles que Miami, New York, Boston, Reykjavik, ou encore Bergen. Ces escales seront des occasions uniques pour communiquer sur les enjeux de cette expédition.

Dés l’été 2013, le navire continuera son itinéraire en prenant part à une campagne de nettoyage des eaux européennes, un projet initié par la fondation Waste Free Oceans, qui s’est donné la mission de réduire considérablement les détritus flottants des eaux européennes d’ici à 2020.

Une série continue de mesures physiques et biologiques sera prise dans l’eau et dans l’air pour étudier les paramètres clés de la régulation du climat, notamment les aérosols atmosphériques et le phytoplancton.

Promouvoir le photovoltaïque

PlanetSolar poursuivra également sa campagne de sensibilisation sur l’efficacité du photovoltaïque et ira à la rencontre des populations locales lors de ses escales. Le MS Tûranor PlanetSolar se métamorphosera ainsi en une plateforme éducative. Des activités à but pédagogique destinées au jeune public seront organisées à bord.

En automne 2013, le catamaran voguera sous l’égide d’Hélios jusqu’aux portes de l’Orient, où il mouillera dans les ports d’Istanbul et d’Izmir. En collaboration avec la fondation myclimate Turkey, le bateau sera l’hôte d’accueil d’événements didactiques et continuera à transmettre son message positif autour de l’utilisation de l’énergie solaire.

Propulsé par l’énergie solaire, le navire n’émet aucune substance polluante susceptible de biaiser les données récoltés.

L’escale à la Marina de Bouregreg (16-20 avril) a été l’occasion pour l’organisation d’une journée éducative aux profits d’élèves des villes de Rabat et Salé, dans le cadre d’une action de sensibilisation sur l’efficacité du photovoltaïque à travers la programme de diverses activités pédagogiques.

MAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*