François Hollande «Le Maroc, pays émergent pleinement intégré dans sa région»

0
749

imager.php

Le Maroc, avec lequel la France entretient de fortes relations, n’est plus un pays en développement, «c’est un pays émergent, pleinement intégré dans la région et disposant d’entreprises performantes», a affirmé jeudi à Rabat le Président Français, François Hollande, en visite officielle dans le Royaume.

Nous sommes devant un Maroc qui change et qui gagne de taille à l’échelle de la région et du monde», a-t-il dit à la clôture du forum d’affaires organisé conjointement par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le MEDEF-International sur le thème «Maroc-France : De nouvelles coopérations pour un partenariat durable».

Le Président Hollande a appelé, à cette occasion, les hommes d’affaires et chefs d’entreprise français à amplifier et à diversifier leurs investissements au Maroc, notamment par le biais des PME, qui sont peu présentes au Maroc.

«La majorité des entreprises du CAC 40 sont présentes au Maroc, dont certaines depuis plus de 80 ans. En revanche, il y a peu de PME françaises au Royaume», a noté Hollande.

«Il faut qu’il y ait de toutes les tailles d’entreprises françaises au Maroc» , a insisté le Président français, qui a aussi souligné la nécessité de déployer davantage d’efforts, de part et d’autre, pour drainer aussi des investissements marocains en France.

Hollande a, également, indiqué que la France doit agir avec le Maroc, son premier partenaire commercial, pour une meilleure croissance de l’Afrique, «un continent d’avenir et de croissance».

«Nous devons aller chercher des investissements sur toute l’Afrique. Nous devons agir ensemble pour la meilleure croissance de l’Afrique et en tirer ensemble profit», a insisté le Président de la République.

Il a indiqué, par ailleurs, que le partenariat en matière de colocalisation doit être conçu de manière à créer des activités supplémentaires aussi bien au Maroc qu’en France suivant le principe gagnant-gagnant et ne pas se limiter à la recherche d’un écart de coût de travail.

Hollande n’a pas manqué de rappeler les interventions de la France, à travers l’Agence française de développement (AFD) qui agit sur plusieurs secteurs (Energie, eau, développement rural, éducation, industrie et mines, formation professionnelle, santé, habitat social).

«On est le premier investisseur au Maroc, avec 6 milliards d’euro au cours de la dernière décennie et 1 milliard au cours de 2012» , s’est félicité le Président Hollande qui a aussi indiqué que cet état de fait, conjugué à la présence de 800 entreprises françaises au Maroc, «traduit l’ampleur de la confiance que la France a en le Royaume».

Auparavant, la présidente de la CGEM, Meriem Bensaleh Chaqroun a indiqué que les deux pays se doivent de prospecter ensemble d’autres pistes de partenariats et développer de nouvelles approches de co-développement.

Meriem Bensaleh Chaqroun n’a pas manqué de mette en évidence le climat favorable des affaires au Maroc, qui se place actuellement comme un hub africain des Investissements étrangers directs (IDE), et se positionne comme une excellente plateforme pour accéder à l’Afriquie, un marché de plus d’un milliard de consommateurs.

Même son de cloche pour Mohamed Kettani, co-président du Club des chefs d’entreprises France-Maroc, qui a insisté sur la nécessité pour les deux pays de prospecter d’autres marchés à partir du Maroc dans une logique de co-investissement en créant notamment des joint-ventures et investir l’Afrique.

Les travaux de ce Forum d’affaires Maroc-France, le troisième du genre à être organisé cette année, se sont déroulés en présence de plusieurs membres des gouvernements marocain et français ainsi que de chefs d’entreprise et hommes d’affaires des deux pays.

MAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*