Tous feux éteints, un vaisseau fantôme dérive dans l’Atlantique Nord

0
862

Le Lyubov Orlova est un ancien navire de croisière abandonné depuis fin janvier par son remorqueur qui devait le mener en République dominicaine pour déconstruction. Actuellement dans les eaux internationales, le bateau fantôme dérive sans feux, ni personne à bord.

photo_2267648_resize

Avec des rats pour seuls passagers, le Lyubov Orlova, navire de croisière russe décrépit, dérive depuis près d’un mois dans l’Atlantique Nord, probablement en direction des côtes européennes, faute d’une police internationale capable d’intervenir.

L’ancien bateau de croisière, construit en 1976, a quitté, vide, l’île canadienne de Terre-Neuve le 23 janvier. Pris en remorque, il devait rejoindre la République dominicaine où son propriétaire, un ferrailleur, voulait le faire déconstruire. Mais le câble qui le reliait au remorqueur s’est rompu dès le lendemain de son départ.

Le remorqueur était lui-même en très mauvais état et a été rappelé au port de Saint-Jean-de-Terre-Neuve pour des inspections, livrant le Lyubov Orlova à la mer, tel un vaisseau fantôme. Les autorités canadiennes ne semblaient pas s’inquiéter outre mesure de son sort, avouant même lundi n’avoir aucune idée de sa localisation.

Le navire d’une centaine de mètres de long s’est rapidement retrouvé dans les eaux internationales, sans feux, selon l’association Robin des Bois, ni balise de localisation, selon les autorités canadiennes.

Crainte d’une collision

LYUBOV-ORLOVA-(3)

“L’épave dérive en pleine haute-mer et se retrouve dans une espèce de vide et de monstruosité juridique”, dénonce Jacky Bonnemain, porte-parole de l’association écologiste, regrettant que les “eaux internationales n’appartiennent à personne”.

 

 

 

[box type= »alert »]

 

“Dans l’éventualité d’une collision, d’un naufrage ou d’une avarie, le Lyubov Orlova libérerait immédiatement ou à moyen terme des hydrocarbures, du pyralène (PCB) et autres liquides techniques toxiques, de l’amiante, des eaux de cale souillées, des néons au mercure et des déchets flottants non biodégradables.”

L’association Robin des Bois dans un communiqué

[/box]

Dans le cas d’un navire à la dérive avec des passagers à bord, la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (Solas) pourrait s’appliquer, mais aucune convention ne prévoit d’action particulière dans le cas d’un navire vide, assure M. Bonnemain. Il dit craindre un accident “dans une zone où la densité du trafic maritime est forte” et une pollution, et appelant à la mise en place d’une “force internationale d’assistance et de sauvetage” pour le retrouver.

Michel Quimbert, avocat spécialisé en droit maritime, estime qu’il revient à ceux qui sont responsables de sa dérive -la société de remorquage, l’Etat du pavillon, le propriétaire de l’épave, les assurances…- d’y mettre un terme, en l’absence d’une police internationale.

L’ancien bateau de croisière russe, désormais considéré juridiquement comme une épave ou une simple coque, va ainsi continuer de dériver jusqu’à arriver, sauf incident, dans des eaux territoriales ou la zone économique exclusive (ZEE) d’un Etat, qui sera alors en mesure d’intervenir, ainsi que l’y autorise la convention des Nations unies sur le droit de la mer. Où ? Cela reste difficile à déterminer.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*